dimanche 14 janvier 2018

Baranaan, le train de la prohibition indienne fait escale au cœur de Paris

Je vous parle souvent des speakeasy qui fleurissent un peu partout dans notre belle capitale. Si parfois le résultat n’est pas au rendez-vous, il y a assurément des établissements qui jouent le jeu. Le Baranaan Indian Cocktails, planqué derrière un traiteur indien vegan, remplit parfaitement sa mission : nous surprendre et nous abreuver de créations originales. En mettant en avant la gastronomie indienne, ce bar, situé près de la Porte Saint Martin, nous fait confortablement voyager dans le Sous-Continent.


Le 10ème arrondissement de Paris peut se vanter de disposer d’une très belle offre en matière de cocktails. Depuis la rentrée 2015, caché derrière une lourde porte au fond du Street Food Vegan « ELAICHI », le Baranaan sévit en utilisant tous les charmes de la ‘plus grande démocratie du monde’. Le bar est décoré comme l’intérieur d’un train qui, selon une légende méconnu, amenait les indiens désireux de braver l’interdiction du Bombay Prohibition Act de 1949 dans les pays voisins pour y consommer de l’alcool.

On arrive en traversant la jungle puis en empruntant une porte dérobée qui donne sur un wagon-bar de train assez chic aux nuances de gris et de bleu. Tout y est ou presque, les banquettes, les tables, les grilles pour entreposer les sacs et bien sur le paysage qui défile à travers les fenêtres. Même la playlist propose des adaptations de classiques de la musique pop à la sauce hindoue.

L’accueil est chaleureux. A peine assis, on nous apporte un verre de thé au caramel. Ensuite arrive le menu. C’est garni. Une dizaine de cocktails d’inspiration plus ou moins indienne est vendue entre 11 et 14 €. Côté spiritueux c’est presque l’orgie.  On trouve de (trop) nombreux whiskys, gins ou rhums parmi lesquels se démarquent quelques références indiennes.

Ma consommation du soir est une variante du Old-Fashioned. Le New step to New Delhi est à base de Rhum Havana 7 ans, de Sirop de tandoori maison, de Bitter vanille coco, de Chira, d’un zeste d’orange et de poudre de tandoori parsemée sur le verre. La bonne idée est de n’avoir déposé l’épice que d’un côté du verre. Cela donne le choix au consommateur de profiter de son cocktail de deux façons : l’une plutôt douce, et l’autre plus épicée.

Si la carte est un peu décevante en ce qui concerne les boissons, elle se rattrape grâce à sa partie solide. Une sélection de plats indiens à partager vient accompagner avec brio nos cocktails. Une poignée de Naans sortis tout droit d'un four tandoor ainsi que des brochettes, des fallafels indiens ou encore des pièces de bœuf sont vendus entre 3 et 9 €. Doté d’un cadre indéniablement charmant, le Baranaan vous balade dans la campagne indienne.


Guillaume


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

MENU