mercredi 16 mai 2018

Les Justes : le bar équitable de la rue frochot

On ne présente plus la rue Frochot, qui dans le 9ème arrondissement rassemble un nombre très conséquent de bars à cocktails de qualité. Après notamment le Dirty dick, Lulu White, et Lipstick que nous vous avons déjà présenté, les Justes se sont fait peu à peu leur place depuis deux ans et demi dans ce quartier toujours plus attirant pour tous les amateurs de boissons mélangées. Au programme : excellents cocktails, petits en-cas de qualité et bonne action.


Dans la tradition juive, le « juste » est celui qui a risqué sa vie pour sauver le peuple de manière totalement désintéressée. Sans forcément aller jusque-là, Dimitri et Ludo, lorsqu’ils ont lancé leur établissement, ont décidé de reverser une partie de leur recette à des œuvres caritatives. Sur leurs créations les plus chères, c’est jusqu’à 1 € qui va directement dans la poche d’une association. Une bonne action qui a défaut d’être totalement désintéressée, mérite pour le moins d’être mentionnée du fait de sa rareté.

La carte propose une dizaine de créations à laquelle s’ajoute une page spéciale Old fashioned. J’ai choisi Notre père, un short drink vendu 13 € à base de Rhum Brabancourt infusé au romarin, de Bénédictine, de Byrrh, de crème de cassis, de Vieille prune, et d’un bitter orange. Boisé et liquoreux, il est servi dans une petite fiole qui retient un fumet évanescent. Il est à verser soi-même dans son contenant accompagné d’une hostie. On apprécie particulièrement la chaleur et la puissance qui se dégage de cette boisson

Après un intermède composé d’une belle terrine de sanglier et de rillettes de canards, j’ai pris un Barlou. Tout aussi puissant que le premier, et également liquoreux, il est composé de Whisky Rozélieures, de 30&40, de Birlou, de citron jaune pressé, de sirop de bière, et d’un bitter chocolat-tonka.

Rassurez-vous la carte, dont les prix varient entre 8 et 13 €, se compose aussi de créations de styles très différents. Les Justes se distinguent également par un cadre qu’on ne retrouve pas dans la rue Frochot. Le bar est ouvert sur la rue et l’intérieur est plutôt lumineux, avec des murs blancs et des meubles en bois clairs. Ça nous change des speakeasy sombres du reste de la rue et c’est une excellente chose.

Après avoir mis en place un aperitivo, les mercredis, les Justes testent ponctuellement le concept des « heures justes », dont l’annonce aléatoire se fait sur les réseaux sociaux. Une occasion rare de déguster des cocktails de qualité à des prix réduits. Cela serait dommage de ne pas en profiter.

Guillaume



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MENU