mardi 1 mai 2018

Retour sur le Rhum Fest Paris 2018


Les 7 et 8 avril derniers s’est tenue l’édition 2018 du Rhum Fest Paris. Tout le petit monde du rhum était présent au Parc Floral du bois de Vincennes pour goûter, échanger, et partager autour de son spiritueux préféré. Pour ma 3ème participation j’ai pu prendre un peu de recul et découvrir de nombreux produits. Retour cet excellent millésime du Rhum Fest.


Les nombreux retours que j’ai eus de cette 5ème édition du salon parisien du rhum étaient globalement les mêmes que d’habitude : « des produits de très grande qualité », « une ambiance incroyable »… Cependant, à mesure que les éditions s’enchainent, le salon prend de l’ampleur et gagne en popularité. Et par conséquent les allées se remplissent de plus en plus, si bien qu’aujourd’hui des voix s’élèvent et reprochent le manque de place et les difficultés d’accès aux stands. Certains vont même jusqu’à avouer que les exposants sont stressés et moins sympathiques avec les visiteurs. Ayant participé cette année à la journée « professionnelles », je n’ai pas la possibilité de confirmer ou d’infirmer. Je me contenterai donc d’évoquer ma propre expérience de ce Rhum Fest. Elle fut excellente.

Arrivé relativement tôt, j’ai profité de la faible affluence pour aller aux bars et aux stands d’animations. J’ai donc commencé avec une Pina Colada, un Agric’old Fashioned et un sorbet Planteur. Dans tous les cas c’est parfaitement préparé avec des ingrédients de qualités. Une mise en bouche parfaite avant de passer aux choses sérieuses. Après un sandwich antillais nécessaire, je me suis attaqué aux dégustations.

Cette année encore, je me suis concentré sur les rhums vieux agricoles avec pour objectif de continuer à améliorer mes connaissances tout en profitant au mieux. Trois distilleries ont particulièrement retenu mon attention.

Longueteau proposait Harmonie, sa nouvelle collection composée de trois rhums d’assemblages différents (Prélude, Symphonie, et Concerto) avec pour seuls objectifs l’harmonie des saveurs et des profils aromatiques. Prélude est un rhum ambré tandis que les deux autres sont des rhums vieux, tous sont bruts de fût (c’est-à-dire non coupé avec de l’eau).

Au stand Depaz, j’ai eu l’occasion de croiser Benjamin Bail, l’un des créateurs de la Confrérie du Rhum (dont je fais partie depuis quelques mois). En tant qu’ambassadeur de la marque, il présentait notamment le dernier Brut de fût Millésime 2000. Ce rhum puissant, en alcool (58.5°) comme en goût, bénéficie de l’exceptionnel ensoleillement de l’année 2000 et d’un vieillissement de 18 ans. Il exprime cette puissance par des arômes incroyables de fruits confits et de rose, et surtout une incroyable longueur en bouche.

Enfin, j’ai pu goûter aux produits d’une distillerie que je ne connaissais jusque-là que de nom : La Favorite. La distillerie martiniquaise fondée en 1842, puis rachetée en 1905, présentait quelques-uns de ses meilleurs produits, dont la Cuvée spéciale de la Flibuste. La production de cette cuvée est réalisée chaque année en quantité limitée de 6000 bouteilles. Chaque exemplaire de ce rhum Flibuste La Favorite est assemblé, ciré et numéroté à la main, réaffirmant ainsi le caractère artisanal de cette production. Le nez est gourmand, chargé et complexe. En bouche c’est pareil, la rondeur domine. On profite au maximum de ce grand moment.

Guillaume




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MENU