mercredi 23 octobre 2019

Dartigalongue lance ses armagnacs consacrés aux cocktails


Fort d’une gamme d’Armagnac très complète, Dartigalongue lance cette année deux nouveaux produits destinés à la mixologie. Un-oaked et Dry-cellar ont été développés avec une idée : s’intégrer au mieux dans un cocktail. Présentés en avant-première lors du salon des spiritueux France Quintessence, ils sont en cours de distribution pour arriver d’ici la fin de l’année dans les bars et chez nos cavistes favoris.


Il y a un an, lors de la présentation de sa Cuvée Louis-Philippe 180eanniversaire, Benoit Hillon, directeur des armagnacs Dartigalongue, avait évoqué l’envie de promouvoir ses produits à travers les cocktails. C’est, selon lui, « le meilleur moyen de se faire connaître auprès d’une clientèle plus jeune en dehors de notre région ». Un an plus tard, l’idée s’est concrétisée. Les deux produits, créés pour l’occasion, ont chacun une identité bien définie, et montrent une belle capacité d’intégration dans le monde des boissons mélangées.

Un-oaked est un bas-armagnac qui relève de l’appellation Blanche Armagnac : à la sortie de l’alambic, l’eau de vie blanche qui titre à 58° est logée en cuve inox pour une maturation de 3 mois minimum, au cours desquels le degré est réduit lentement jusqu’à 43,2° par ajout d’eau déminéralisée. Le nom Un-oaked signifie que l’eau-de-vie n’a pas été en contact avec le fût de chêne. Son nez est très expressif, sur des notes de poire, de pomme et de fleurs blanches. La bouche ne dément pas. Un-oaked présente une texture assez onctueuse qui se termine par des saveurs d’amande douce.

Il est, tendance oblige, proposé en Gin tonic, mais j’ai surtout apprécié l’excellente revisite du negroni, rebaptisée Nogaroni en référence à la ville où se situe les chais. Ce cocktail est composé de Dartigalongue Un-Oaked, de Dolin rouge (ou Martini rouge), de Salers (ou Campari), et d’un zeste d’orange.

Dry-cellar est un bas-armagnac élevé dans un chai dit « sec ». Dartigalongue fait partie des rares maisons d’armagnac à en utiliser. Situés en hauteur sous les toits, ils sont soumis à de fortes variations de températures entre été (40°C) et hiver (3°C). Cela permet d’obtenir des eaux-de-vie pures et tendues, au caractère bien affirmé. Les plus jeunes armagnacs rentrant dans la composition de l’assemblage Dry-cellar ont plus de 2 ans de vieillissement et ont donc connu plusieurs cycles été/hivers aux amplitudes thermiques remarquables. Au nez, on sent surtout la prune et la vanille, tandis qu’en bouche se sont les épices qui dominent.

Le cocktail qui m’a séduit avec ce Dry-cellar est incontestablement le Bandy crusta. Cette revisite du Side car se compose de Dartigalongue Dry-Cellar, de Cointreau, de Noyau de Poissy (ou Maraschino), et de Jus de citron jaune.

Guillaume




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

MENU