mardi 9 octobre 2018

Les Armagnac Dartigalongue présentent leur Cuvée Louis-Philippe 180e anniversaire


L’Armagnac est la plus ancienne eau-de-vie française. Une eau-de-vie de raisins qui doit son identité à son terroir et à ses méthodes de production restées très artisanales. Souvent dans l’ombre du Cognac qui s’exporte beaucoup plus, l’Armagnac lui ressemble mais conserve tout de même sa propre identité. La famille Dartigalongue est, depuis 1838, à la tête de la plus ancienne des maisons du Bas-Armagnac. Pour son 180e anniversaire, elle présentait la semaine dernière sa Cuvée Louis-Philippe, un assemblage de quelques-uns de ses meilleurs produits.


Commençons par un petit rappel technique, l’Armagnac se distingue du Cognac en différents points. D’abord, le cépage. Là où le Cognac est produit très majoritairement avec de l’Ugni blanc, le producteur d’Armagnac utilise de la Folle blanche, du Baco, et donc de l’Ugni blanc.

Ensuite, le terroir. Sous l’armagnac, on trouve des sables fins quartzeux, des sédiments continentaux et fluviaux et de l’argile siliceuse. Les sols cognaçais sont moins variés, ils sont en majorité calcaires.

Enfin, la distillation. L’eau de vie obtenue à l’issue de la distillation avec un alambic armagnacais a un degré alcoolique compris entre 52% à 72%. La distillation sur l’alambic charentais comprend deux distillations. La première chauffe permet d’obtenir un alcool à 20-30° appelé « brouilli » qui sera redistillé en « bonne chauffe » à 70-71 degrés. Cette dernière distillation deviendra du cognac.

Depuis 1998, tous les 10 ans, les années en « 8 », Dartigalongue présente une nouvelle version de sa Cuvée Louis-Philippe. Cette année, l’assemblage inédit se compose de cinq millésimes sélectionnés pour leur qualité et leur complémentarité. Lorsque le 1983 délivre des notes d’épices, le 1986 apporte des arômes de fruits confits et le 1992 des notes vanillées. Le Millésime 1994 offre une jolie touche florale. Quant au Millésime 1979, il vient structurer l’ensemble et apporte de subtiles notes de rancio. Grâce à ce judicieux mariage à la personnalité affirmée, la Cuvée Louis-Philippe 180e anniversaire se distingue par sa rondeur, sa finesse et une longueur en bouche remarquable.

Lors de cette belle dégustation, Benoit Hillion, directeur de la maison, nous a révélés quelques petits secrets de fabrication. « Pour obtenir un assemblage que nous convient, nous avons effectué une grosse dizaine de sessions de dégustations. D’ailleurs nous sommes en train de terminer l’embouteillage de la cuvée, et il est fort probable que les dernières bouteilles soient meilleurs que les premières. » A bon entendeur…

Guillaume




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

MENU