mercredi 15 avril 2020

Candyman, AF brew - 10° - Russie


Le confinement et toutes les possibilités de livraison qui vont avec m’ont amené à partir à la découverte de nouvelles bières. Grace à Alexis, mon camarade caviste de La P’tite mousse, je me laissé tenter par des produits beaucoup moins accessibles, mais loin d’être dénués d’intérêt. Candyman est un ovni brassé à Saint Petersburg par AF Brew. C’est une russian imperial stout "pimpée" sur fond de légende urbaine.


Candyman était fils d’esclave dans l’Amérique post-guerre civile. Après s’être intéressé d’un peu trop près à une jeune femme de la haute bourgeoisie, il a été torturé puis tué. Sa main a été coupée puis son corps a été dévoré par des piqûres d’abeilles. Candyman avait juré qu'il reviendrait pour se venger. Pour le faire revenir d'entre les morts, il suffit qu'une personne se place devant un miroir et prononce son nom cinq fois...

Chez AF Brew, la légende veut que pour l’empêcher de sortir du miroir afin d’assassiner des gens avec le crochet qui lui sert désormais de main droite, il faut se tenir devant le miroir avec la bière Candyman. Le démon rangerait son crochet pour sortir une bière de sa poche et il trinquerait avec vous… J’adore !

Annoncée comme une "multi sugar and rum-soaked coconut Imperial stout", cette bière est un véritable bonbon. Elle dispose des caractéristiques de la russian imperial stout, c’est-à-dire la torréfaction très prononcée sur des notes de café et de chocolat, une légère amertume, et un volume d’alcool élevé. Le petit plus de Candyman c’est cet ajout de polysaccharide (glucide naturel, formé par la condensation de plusieurs sucres simples) au chocolat liquide et de noix de coco imbibée de rhum.

La robe est noire, très noire. La mousse est éphémère mais également très colorée. La texture est sirupeuse. Au nez, c’est très expressif avec des notes de café, de noix de coco et de canne à sucre. En bouche on retrouve le tout avec un bonus banane. C'est à la fois exotique et gourmand. On se délecte de ce breuvage, après plusieurs gorgée c’est un peu écœurant. C’est une de ces bières qu’on préférera consommer à la pression en galopin.


Avec un nom pareil, la couleur est annoncée dès le début. Malgré tout, on voyage pas mal et ça fait plaisir.

Note : 71/100

Guillaume

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MENU